Le Langon

mercredi 4 janvier 2012
par  Michel

Historique de l’église Saint-Pierre du Langon

Vers 1470, l’église paroissiale Saint-Blaise, située "hors du bourg ", est abandonnée et le culte est transféré dans l’église priorale Saint-Pierre, dépendance de l’abbaye bénédictine de Saint-Michel-en-l’Herm. De 1473 à 1486, l’église est agrandie de deux chapelles latérales (aujourd’hui disparues) édifiées sur le cimetière ceinturant alors l’église. En 1562 et en 1568, l’édifice est endommagé par les protestants. La voûte en pierre de la nef, les autels et les statues sont détruits. De 1683 à 1687, d’importants travaux sont entrepris. La nef est allongée vers l’ouest de 14 mètres ; l’entrée principale est reportée au sud et une porte est ouverte au nord, ouvrant sur le cimetière. Une tribune, reposant, au centre, sur deux colonnes à chapiteaux ioniques, est édifiée au fond de la nef avec un accès par l’escalier extérieur daté de 1683. Un ballet agrémenté de colonnettes (disparues en 1970) est construit en 1687 pour abriter la nouvelle entrée. A la même époque, le retable et ses trois autels sont mis en place. De 1785 à 1788, le clocher, placé sur le chœur, est démoli et le chœur est reconstruit avec un nouveau clocher, en arrière. En 1804, trois autels en marbre noir veiné de blanc provenant de la cathédrale de Luçon sont achetés. Elie Drouard, sculpteur à Fontenay-le-Comte, est chargé de mettre en place le maître-autel qu’il surmonte d’un panneau en bois de noyer. En 1805, Caldelar, plâtrier à La Rochelle, est chargé de mettre en place les deux autels latéraux. Il installe deux pilastres en marbre dans les niches contenant les statues de La Vierge à l’Enfant et de saint Pierre.

Eglise Saint-Pierre du Langon

1) Architecture extérieure

Actuellement, on pénètre dans l’église par deux portes latérales, une au nord, l’autre au sud. Vers 1687, on élève la porte en plein cintre. La date se retrouve sur la clef de voûte de l’arc.

2) Architecture intérieure

L’église Saint-Pierre comprend une nef unique dont les murs se dressent sans contreforts. La voûte en pierre a disparu, pour laisser place à un plafond en bois peint, agrémenté de quelques fleurons.

3) Mobilier

Dans le chœur, un retable daté de 1804 se compose de trois autels. Le maître-autel est adossé au mur du fond. Les deux petits sont placés dans les angles. Le maître-autel en marbre noir veiné de blanc est orné de deux colonnes supportant une gloire au milieu de laquelle apparaît le symbole de la Trinité. Entre les deux colonnes, un panneau de bois sculpté présente le Christ remettant les clefs à saint Pierre. Entre le grand et les petits autels, Drouard replace, dans leur niche, les statues en bois de saint Jean-Baptiste et de saint Blaise. L’ensemble du retable, inscrit depuis 1973 à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques, est restauré en 1993 par Christiane et Jean-Marie Dausque.

4) Vitraux

De chaque côté du chœur se trouvent des vitraux :

Celui de gauche représente une barque à l’antique, voguant sur des ondes d’azur. Dans les temps lointain et jusqu’en l’an mil, si on en croit les chroniques de Pierre de Maillezais, la mer venait longer la côte de la commune. Cette barque se retrouve à la pointe du blason de la ville de Le Langon.

Celui de droite représente le soleil sur les blés d’or, matérialisant la plaine et les terrain céréaliers. Sur le blason de la ville on retrouve cette symbolique par la présence de deux épis d’or.

Retour


Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

Annonces