Le mot du Curé

mercredi 29 août 2012
par  Michel

VIVRE NOTRE FOI DANS UNE SOCIÉTÉ LAÏQUE


Chrétiens, nous avons à vivre notre foi dans ce monde tel qu’il est.
C’est à ce monde qu’il aime, que Dieu offre le salut de Jésus-Christ. Dans une lettre adressée aux catholiques de France en 1996, les Évêques entendaient « proposer l’Évangile non pas comme un contre projet culturel ou social, mais comme une puissance de renouvellement qui appelle, les hommes, tout être humain à une remontée aux sources de la vie... Nous tenons à être reconnus non seulement comme des héritiers, solidaires d’une histoire nationale et religieuse, mais aussi comme des citoyens qui prennent part à la vie actuelle de la société française qui en respectent la laïcité constitutive et qui désirent y manifester la vitalité de leur foi... »

Le pasteur Laurent Schlumberger définit ce que doit être la laïcité de l’État : « Notre Église est très attachée à la laïcité de l’État qui est la condition de la liberté de conscience et de l’égalité entre toutes les croyances. Mais elle récuse une laïcité de la société proprement dite, qui n’aurait aucun sens. Autant l’État doit être laïque, autant la société ne peut l’être : l’espace public est le lieu de débat de toutes les idées. Il serait réducteur de limiter ce que j’appelle la conversation des transcendances à l’espace privé. Au contraire, plus cette conversation est favorisée, plus la citoyenneté est défendue. La République a besoin de tous ses enfants, y compris croyants... » Bien entendu, les personnes et groupes qui ont « des convictions diverses doivent apprendre à dialoguer, à se respecter, à ne jamais aller au-delà de ce qui pourrait troubler la vie publique ou exprimer une volonté d’hégémonie. L’État se doit de permettre ce vivre ensemble dans le respect de tous » (Mgr Georges Pontier). Et ce dialogue vaut à tous les échelons de notre nation dans nos communes jusqu’au niveau national où se votent les lois qui orientent la vie de notre pays.

« Croyants en Christ, écrit encore Mgr Pontier, nous sommes des citoyens qui aiment leur pays. Nous cherchons sans cesse ce qui est le meilleur pour tous. Notre foi chrétienne nous en fait une obligation. »
Les élections municipales et européennes sont une occasion de vivre notre citoyenneté... une citoyenneté éclairée par l’Évangile qui donne au croyants que nous sommes, des repères  : le primat de la dignité humaine, l’attention toute particulière au pauvre, au faible, à l’émigré, le respect de l’adversaire, le dépassement de tout nationalisme et racisme, le partage et la destination universelle des biens... »


Alphonse Limousin.

Annonces