Saint-Jean

mercredi 24 janvier 2007
par  admin2

◄►Horaires des messes :

- le samedi à 19 h 00
- le dimanche à 11 h ponctuellement, consulter MessesInfo

◄► Prêtre répondant : abbé François BIDAUD - 02 51 69 04 16 - 06 24 66 30 20 - frbidaud@gmail.com

JPEG - 28.3 ko
Eglise St Jean


◄► Équipe relais :

Françoise BOULEAU
Luc CHATELLIER
Mimi FAZILLEAU
Fabrice GUÉRIN
Jean-Paul MEINVIELLE
Annie PONCHON
Marina RAINTEAU


◄► L’église St Jean Baptiste, histoire et architecture

------------------<br class='autobr' /> <FONT color ="#993300" size=3 face="comic sans ms"><strong>UN PEU D&#8217;HISTOIRE...</strong></FONT></p> <p><strong>Église Saint Jean-Baptiste</strong><br class='autobr' /> <BR></p> <p><strong>Placée sous la protection de Jean Baptiste, l’église actuelle date en majeure partie du XVème siècle.</strong></p> <p>► <strong>Du XIème au XVème</strong></p> <p>Une église primitive existe déjà au Moyen-Age (1050) dans ce faubourg situé en dehors des remparts de la ville. <strong>Au XIIIème siècle elle devient église paroissiale </strong> et a besoin de s’agrandir. En 1269 le comte de Poitou, frère de St Louis, fait un don en vue de son agrandissement et sa réfection. Les fléaux de l’époque&nbsp;: peste, lèpre, misère, guerres avec les Anglais ruinent les provinces et St Jean est à nouveau anéantie.<br class='manualbr' /><strong>De 1425 à 1450 de grands travaux sont entrepris</strong>&nbsp;: &#171;&nbsp;Saint Jean fut reconstruite à neuf.&nbsp;&#187; <strong>L’église actuelle garde les lignes et proportions données à cette époque</strong>&nbsp;: l’intérieur à trois nefs, quelques chapiteaux, la porte sud à ogive flamboyante, le clocher copié sur celui de Notre-Dame.</p> <p>► <strong>Du XVIème au XVIIIème</strong></p> <p>Pendant les guerres de religion (1560) <strong>Saint Jean (comme Notre-Dame) est pillée par les huguenots</strong>. Les piliers sont sapés et les voûtes s’écroulent. La ville est incendiée&nbsp;; l’église St Jean est en grande partie détruite. Elle ne sera remise en état qu’en 1604 comme l’atteste une inscription située dans le bas-côté sud&nbsp;: &#171;&nbsp;en 1568,iay esté ruinée&nbsp;; en 1604 iay esté réédifiée.&nbsp;&#187;<br class='manualbr' />Dans un premier temps, les voûtes sont refaites en bois, puis en pierre un peu plus tard comme l’atteste la date &#171;&nbsp;1637&nbsp;&#187; sur une clef de voûte de la nef et &#171;&nbsp;2 avril 1636&nbsp;&#187; dans la chapelle de la Vierge. L’inscription funéraire située au 2ème pilier droit &#171;&nbsp;le corps de Michel Porcher git ici…&nbsp;&#187; date aussi de cette époque. Il peut s’agir de l’architecte du monument ou d’une personne généreuse envers l’église. <br class='autobr' /> <span class='spip_document_136 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:161px;'> <img src='IMG/jpg/St_Jean_200.jpg' width="161" height="200" alt="" /></span><br class='manualbr' />Après la révolution de 1789, en raison de l’annexion de St Médard et de la fusion des paroisses St Nicolas et St Jean, l’église devient trop petite. Les voûtes en plein cintre de la nef font une telle poussée sur les murs et les contreforts qu’ils perdent leur aplomb. On décide alors de construire deux chapelles Nord et Sud dans le double but d’agrandir et de consolider l’édifice. Elles constituent un faux transept et prennent le nom des deux paroisses rattachées&nbsp;: chapelle St Nicolas au Sud, chapelle St Médard au Nord.</p> <p><span class='spip_document_139 spip_documents spip_documents_left' style='float:left; width:128px;'> <img src='IMG/jpg/St_Jean_2_Fontenay.jpg' width="128" height="147" alt="" /></span><br class='autobr' /> ► <strong>Le XIXème siècle&nbsp;: une période d’embellissement</strong></p> <p><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;Une statue de la Vierge, sculptée par Barrême, est bénie en mars 1852.<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;L’autel de la &#171;&nbsp;Chapelle des agonisants&nbsp;&#187; sur un plan d’Octave de Rochebrune est réalisé par Barrême (1853). Le bas-relief représente Jésus au jardin des Oliviers.<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;Le vitrail du baptême du Christ, exécuté par l’atelier des Carmélites du Mans (1860) est entouré de sculptures de M Drapron.<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;Le maître-autel sur plan d’Octave de Rochebrune est réalisé par Victor Drapron (1869) au talent incontestable.<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;Le vitrail relatant des scènes de la vie de Jean Baptiste est l’œuvre de M Lusson.</p> <p><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;apparition de l’ange à Zacharie<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;visitation de la Vierge<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;circoncision de Jean-Baptiste<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;Jean dans le désert<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;le baptême de Jésus par Jean-Baptiste<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;Jean reprochant l’adultère d’Hérode<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;la décollation de Jean-Baptiste<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;sa tête apportée à Hérodiade<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;l’orgue à tuyaux (disparu) fabriqué par l’atelier Debierre de Nantes (1888)<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;les deux confessionnaux sortent des ateliers des Magnils-Reigner (1901)<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;deux cloches&nbsp;: Marie mère de miséricorde et Jeanne d’Arc (1902)</p> <dl class='spip_document_49 spip_documents spip_documents_left' style='float:left;'> <dt><img src='IMG/jpg/Pieta_St_Jean_200.jpg' width='200' height='271' alt='JPEG - 23.2&#160;ko' /></dt> <dt class='crayon document-titre-49 spip_doc_titre' style='width:200px;'><strong>Pieta - Eglise St Jean</strong></dt> </dl> <p>Après la loi (1905) de séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’église Saint Jean est classée monument historique en 1906.</p> <p>La Pietà&nbsp;: groupe en bois sculpté, peint en blanc monochrome, est une œuvre du milieu du 19ème attribuée au sculpteur nantais Guillaume Grooters. Elle provient du calvaire de Mérité érigé à la suite d’une mission prêchée en 1714 par le Père de Montfort.</p> <p><BR> <BR>Sources&nbsp;: Chroniques Paroissiales et base Palissy.</p> <p>Des explications plus détaillées sont à votre disposition <br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;dans l’église où des fiches signalétiques ont été posées (notices réalisées par <a href="Patrimoine-religieux-de-la" class='spip_in'>l’association des amis du patrimoine religieux de la paroisse</a>,<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;sur un DVD disponible à <a href="http://www.tourisme-sudvendee.com/" class='spip_out' rel='external'>l’office du tourisme de Fontenay-le-Comte</a>.</p> <p align=right><small>Article rédigé par la commission "Objets de culte" <br class='manualbr' />de l&#8217;association des Amis du patrimoine religieux de la paroisse </small></p> <hr class="spip" /> <p>L&#8217;église primitive qui, à l&#8217;origine était une simple chapelle de prieuré, n&#8217;existe plus du tout. Elle datait probablement de l&#8217;an 1000 (on a trouvé une inscription qui datait de l&#8217;an 1001). D&#8217;architecture romane, petite et fort délabrée en 1275, c&#8217;est ainsi que le curé Guillaume Rivallan la trouva quand il fut nommé à <i>Saint Jean</i>. Il était en même temps prieur de <i>Saint Médard</i>, mais dépendait du prieuré <i>Saint Nicolas</i>. Au XIII<sup><small>ème</sup></small> siècle, l&#8217;église <i>Saint Jean</i> devient église paroissiale. Il fut alors nécessaire de l&#8217;agrandir, ce qui fut fait en 1269 grâce aux dons de vingt sous de rente accordée par Alphonse, Comte de Poitou, frère de St Louis et Seigneur de Fontenay. A cette période, Fontenay traversait des mauvais jours, et pour se défendre on creusa un large fossé de défense autour des églises <i>St Jean</i> et <i>St Nicolas</i>. De 1323 à 1388 ce ne fut que désastres et ruines. En 1412 la ville est à nouveau réduite à une extrême misère.</p> <p>Entre 1425 et 1450 avec le curé Jehan Painparé, les églises <i>St Jean</i> et <i>St Nicolas</i> furent reconstruites à neuf. Les deux flèches furent copiées sur celle de <i>Notre-Dame</i> (celle de <i>St Nicolas</i> s&#8217;est écroulée en 1805).</p> <p><span class='spip_document_136 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:161px;'> <img src='IMG/jpg/St_Jean_200.jpg' width="161" height="200" alt="" /></span></p> <p>Le XVI<sup><small>ème</sup></small> siècle fut pour la ville le siècle des illustres. Mentionnons <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Rabelais" class='spip_glossaire' rel='external'>François Rabelais</a>, né en 1494, qui vivra à Fontenay au couvent des Cordeliers de 1510 à 1524 et qui sera ordonné prêtre peut-être en cette église <i>St Jean</i>.</p> <p>Durant les guerres de religion, la ville fut à nouveau prise et reprise 8 fois en 25 années et incendiée en 1562 et 1568. Avec courage on se mit à la reconstruire et en 1637, les voûtes en bois furent remplacées par les voûtes en pierres actuelles. René Baillou,le curé, fut heureux de voir terminer la restauration complète de son église.</p> <p><span class='spip_document_139 spip_documents spip_documents_left' style='float:left; width:128px;'> <img src='IMG/jpg/St_Jean_2_Fontenay.jpg' width="128" height="147" alt="" /></span>C&#8217;est sous l&#8217;administration du curé Mignot que le Père de Montfort prêchera une célèbre mission en 1714. Il logeait rue St Jean, face à l&#8217;actuel presbytère, et y fut favorisé d&#8217;apparitions de la Vierge.</p> <p>A la Révolution l&#8217;église sert de logement aux soldats, elle est rendue au culte en 1795.</p> <p>Au début du XIX<sup><small>ème</sup></small> siècle eut lieu une restauration importante.</p> <dl class='spip_document_49 spip_documents spip_documents_left' style='float:left;'> <dt><img src='IMG/jpg/Pieta_St_Jean_200.jpg' width='200' height='271' alt='JPEG - 23.2&#160;ko' /></dt> <dt class='crayon document-titre-49 spip_doc_titre' style='width:200px;'><strong>Pieta - Eglise St Jean</strong></dt> </dl> <p>Cette église, classée monument historique depuis le 14 novembre 1904, comporte <i> <strong>trois nefs</strong> </i>. Dans la nef de droite, on remarque l&#8217;inscription suivante&nbsp;: <i>En l&#8217;an 1568 iay esté ruynée</i> et <i>en l&#8217;année 1604 iay esté réédifiée</i>. Le maître-autel et le retable sont l&#8217;œuvre du sculpteur fontenaisien, Victor Drapron, sur des dessins d&#8217;Octave de Rochebrune. De chaque côté on remarque les statues de St Médard et St Nicolas. L&#8217;autel de droite, dédié aux agonisants, est l&#8217;œuvre de Montigny et date de 1853. L&#8217;autel de gauche, dédié à la Vierge Marie, fut sculpté en 1850 par Crouzat. On peut y voir également la chapelle St Nicolas (en souvenir de la réunion des deux paroisses) et la statue du Père de Montfort, érigée en 1892. Derrière le maître-autel, un <strong> <i>vitrail</i> </strong> évoque les épisodes de la vie de St Jean-Baptiste, patron de l&#8217;église. Au fond de l&#8217;église, une <strong> <i>piéta</i> </strong> en bois, sculptée à Nantes, et qui fut longtemps au calvaire de Mérité, souvenir de la mission prêchée en 1714 par le Père de Montfort. La cloche de bronze, datée de 1592, provient de l&#8217;ancienne église St Nicolas, démolie en 1836.</p> <p>Le mobilier de cette église fut entièrement rénové en 1974. En sortant de l&#8217;église par la nef de droite, on peut remarquer la porte en ogive qui représente de belles sculptures, et, de plus loin, remarquer aussi l&#8217;air un peu penché du clocher…</p> <p align=right><small>B. J. (Extrait de <i>Alliance</i>, n&#176;&nbsp;14 – Juin 1999) </small></p> <hr class="spip" /> <p>


Navigation

Articles de la rubrique

Annonces

Brèves

7 janvier 2012 - 

Rejoignez-nous sur Facebook