Saint-Médard

mercredi 24 janvier 2007
par  admin2

◄► Horaires des messes : voir

◄► Diacre répondant : Joseph VION - 02 51 69 51 26 - vion.jo85@gmail.com

◄► Équipe relais :

Marie-Luce PAPIN
Michèle BÉLY
Irène BOISGEOL
Bénédicte DESMAISONS
Marie Jo et Claude MALVAUD
Marie-France et René MERCIER
Marcel MERCIER
Marie-Odile MITARD
Jean-Paul PAPIN


◄► L’église St Médard, histoire et architecture


FÊTE DU RELAIS - 7 JUIN 2015

Homélie de Joseph Vion (diacre)

Photos de la matinée


Retour de la cloche de St Médard dans l’église

Cloche de St Médard {JPEG}Bien à l’abri à l’hôpital de Fontenay, depuis 2 siècles, la cloche de St Médard a retrouvé son emplacement d’origine... presque... car l’église a été reconstruite en son absence et le clocher n’est pas assez grand pour l’accueillir.
Le transfert a eu lieu le vendredi 8 juin 2012

-------------------------------<br class='autobr' /> <BR></p> <p><span class='spip_document_98 spip_documents spip_documents_left' style='float:left; width:150px;'> <img src='IMG/jpg/St_Medard_210c.jpg' width="150" height="210" alt="" /></span><FONT color ="#993300" size=3 face="comic sans ms"><strong>UN PEU D&#8217;HISTOIRE...</strong></FONT></p> <p><strong>Église Saint Médard des Prés</strong><br class='autobr' /> <BR><BR></p> <p><strong>Placée sous la protection de saint Médard*, l’église actuelle date de 1880.</strong></p> <p><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;<strong>De l’origine… au XVème siècle</strong><br class='manualbr' />De l’église primitive, bâtie selon l’abbé Aillery (auteur des Chroniques Paroissiales) &#171;&nbsp;sur les ruines d’une villa gallo-romaine&nbsp;&#187;, rien ne subsiste à l’heure actuelle. A l’origine, cette église faisait partie du diocèse de Poitiers.</p> <p><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;<strong>Du XVème au XVIIIème siècle</strong><br class='manualbr' />L’édifice a souffert de la Guerre de Cent ans (1337 à 1453) et a subi de grosses destructions pendant les Guerres de Religion. En mai 1562, pendant plus d’un mois &#171;&nbsp;les Huguenots se mirent à saccager toutes les églises et les couvents de la ville et incendièrent les paroisses voisines.&nbsp;&#187; (Chron. Par.)</p> <p>La toiture dut probablement être refaite en 1601.</p> <p>Vers 1650, l’évêque de La Rochelle installa le séminaire de son diocèse à proximité de l’église.</p> <p>En 1739, une mission se clôtura par la bénédiction d’une cloche. Œuvre du maitre-fondeur Jean-Baptiste Rigueur, elle fut nommée Médard.</p> <p>La Révolution française (1789) provoqua des destructions énormes jusque dans les campagnes. Le culte cessa. L’église fut vendue comme bien national, transformée en &#171;&nbsp;brasserie à bière&nbsp;&#187;… puis rasée. La paroisse fut annexée à celle de St-Jean, pour 80 ans. Lors de la rafle de 1791, la cloche fut sauvée de la destruction et déposée à l’ancien couvent des Tiercelettes. Elle a regagné St Médard en 2012.<br class='autobr' /> La cuve des fonts baptismaux (18ème s) est en marbre noir veiné de blanc. Le couvercle en chêne est ciselé de croix entrelacées de roseaux. Cette cuve est classée au titre objet des monuments historiques.</p> <p><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;<strong>A partir du XIXème siècle</strong><br class='manualbr' />En 1878, le maire de St Médard, Antoine Bichon, autorisa la reconstruction de l’église. Ce fut l’œuvre de l’entreprise Ferré de Fontenay. L’architecte, Victor Clair, tint compte des modiques ressources de la paroisse. Le bâtiment est donc de dimensions modestes (23,5 m de long sur 8,5 m de large) mais élégant. La façade en particulier, dont la structure s’inspire des façades romanes à triple étage. La voussure cintrée du portail repose sur deux colonnes cylindriques. Au dessus, trois fenêtres en plein cintre sont surmontées d’arcatures trilobées et aveugles. A l’étage supérieur, un clocher ajouré au fronton triangulaire est dominé par une croix grecque. <br class='autobr' /> La couverture est en tuiles du pays.</p> <p>Cette église fut inaugurée solennellement le 4 janvier 1880. On la dota d’une nouvelle cloche appelée Marie-Antoinette, sur laquelle on peut lire&nbsp;: <br class='manualbr' />"<i>La première, j’ai sonné la résurrection de ce qui n’existait plus depuis 1793</i>".</p> <p>Le chœur est à chevet plat, orné de trois verrières en grisaille. La nef est éclairée par des fenêtres en plein cintre situées à chaque travée. Ces fenêtres sont ornées de vitraux peints. A gauche&nbsp;: St Médard remettant à Ste Radegonde le voile de religieuse (vitrail offert par le curé Barbeau en 1903). A droite&nbsp;: Ste Jeanne d’Arc à Orléans (au-dessous, les noms des jeunes gens de la paroisse morts pour la patrie en 1914-1918).</p> <p>L’autel actuel a été réalisé avec des panneaux de l’ancienne chaire devenue vétuste.</p> <p>Cette petite église a une acoustique de qualité.</p> <p>*<i> <strong>Saint Médard</strong>&nbsp;: personnage né en 457 (à l’époque de Clovis) dans l’Oise. Il quitta les riches domaines de sa famille pour devenir prêtre puis fut sacré évêque de Noyon par St Rémi.</p> <p>C’est en tant qu’évêque de Noyon qu’il dut répondre aux supplications de Radegonde, épouse du roi Clotaire 1er (fils de Clovis). Celle-ci voulait fuir les fastes de la cour, son époux, et se consacrer à Dieu. Après quelques hésitations, lit-on, Médard accepta de lui faire prendre le voile. Radegonde se retira alors en Poitou et fonda un couvent&nbsp;: l’abbaye Sainte Croix de Poitiers. </i></p> <p><BR>Des explications plus détaillées sont à votre disposition <br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;dans l’église où des fiches signalétiques ont été posées (notices réalisées par <a href="Patrimoine-religieux-de-la" class='spip_in'>l’association des amis du patrimoine religieux de la paroisse</a>.<br class='autobr' /> <noembed>- sur un DVD disponible à <a href="http://www.tourisme-sudvendee.com/" class='spip_out' rel='external'>l’office du tourisme de Fontenay-le-Comte</a>.</p> <p align=right><small>Article rédigé par la commission "Objets de culte" <br class='manualbr' />de l&#8217;association des Amis du patrimoine religieux de la paroisse </small></p> <hr class="spip" /> <p>ANCIEN TEXTE (B. J. et Michèle Bély)</p> <p>De l&#8217;église primitive, bâtie sur les ruines d&#8217;une villa gallo-romaine, rien ne subsiste à l&#8217;heure actuelle. Selon certains actes, il existait deux centres religieux&nbsp;: d&#8217;une pat l&#8217;église, petit prieuré fondé dès le XI<sup><small>ème</sup></small> siècle par Guillaume le Grand, dépendant de l&#8217;Abbaye de Maillezais, et un monastère dépendant de l&#8217;Absie.</p> <p>D&#8217;abord du diocèse de Poitiers, la paroisse fut <strong>rattachée à celui de Maillezais au XIV<sup><small>ème</sup></small> siècle</strong>. En 1601, le doyen Jean Collard, de l&#8217;Hermenault, constate le délabrement de l&#8217;église.</p> <p>De 1655 à 1666, l&#8217;église abrite le grand séminaire du diocèse de La Rochelle. Détruite en 1793, elle ne fut réouverte qu&#8217;après le Concordat, mais comme église de la paroisse Saint Jean à Fontenay.</p> <p>En 1878 la restauration paroissiale fut effective et la reconstruction de l&#8217;église et du presbytère autorisée. Ce fut l&#8217;œuvre de MM.&nbsp;Ferré, entrepreneur à Fontenay, et Clair, architecte. Une ordonnance épiscopale érigea en succursale l&#8217;ancienne paroisse de St Médard et désigna un curé, l&#8217;abbé Sureau. Le 4 janvier 1880 eut lieu la bénédiction d&#8217;une cloche de 105 kg, <i> <strong>Marie-Antoinette</strong> </i>, sur laquelle on peut lire&nbsp;: "<i>La première, j&#8217;ai sonné la résurrection de ce qui n&#8217;existait plus depuis 1793</i>".</p> <p align=right><small>B. J. (Extrait de <i>Alliance</i>, n&#176;&nbsp;16 - Septembre 1999) </small></p> <p>Aujourd&#8217;hui la petite église de St Médard ouvre ses portes pour l&#8217;Eucharistie des Rameaux et de la Toussaint. Elle a la particularité rare d&#8217;être construite dans le sens inverse des autres églises, c&#8217;est-à-dire d&#8217;ouest en est. Elle mérite que l&#8217;on s&#8217;y arrête un instant...</p> <p>A l&#8217;intérieur de l&#8217;église on peut remarquer&nbsp;:</p> <p><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;le chœur occupe la moitié des trois travées<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;la <strong>chaire</strong> en bois sculpté, qui a perdu son abat-son pyramidal, a été inaugurée le 17&nbsp;février 1889<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;à gauche, un <strong>vitrail</strong> acquis en 1903 par l&#8217;abbé Barbeau représente St Médard remettant le voile à Ste Radégonde. Celui de droite, représentant Jeanne d&#8217;Arc date du 12 avril 1922<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;<strong>l&#8217;autel</strong> de pierre blanche, de style gothique, avec un tabernacle surmonté d&#8217;un clocheton ajouré est l&#8217;œuvre de M.&nbsp;Michaud, de Niort<br /><img src="squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" />&nbsp;le fond est occupé par trois verrières en grisaille. Au centre on peut voir un médaillon de St Médard.</p> <p><BR> <BR></p> <p>Cette église a la<strong> particularité d&#8217;être construite</strong> dans le sens inverse des autres églises, c&#8217;est-à-dire <strong>d&#8217;Ouest en Est</strong>.</p> <p>Aujourd&#8217;hui, ce lieu ouvre ses portes pour l&#8217;eucharistie des Rameaux et de la Toussaint ainsi qu&#8217;une cérémonie au moment de la St Médard, en juin. Quelques autres dimanches dans l&#8217;année sont également choisis pour une célébration.</p> <p><strong>L&#8217;intérieur de l&#8217;église</strong>&nbsp;:</p> <p>Après une première réfection vers 1965, une seconde eut lieu en 2004.</p> <p><strong>L&#8217;autel </strong> en pierre blanche qui fut l’œuvre de M.&nbsp;Michaud de Niort, devenu vétuste par usure de la pierre fut démoli en 2004.</p> <p><strong>La chaire</strong> en bois sculpté qui avait été inaugurée en 1889 et devenue dangereuse fut démontée et les panneaux furent transformés pour réaliser l&#8217;autel actuel remplaçant celui fait en bois blanc en 1965 et placé devant l&#8217;ancien en pierre.</p> <p>Certains éléments du <strong>confessionnal </strong> furent également récupérés pour réaliser l&#8217;<strong>ambon </strong> pour les lectures des offices.</p> <p>On peut voir également les <strong>vitraux</strong>. A gauche, celui représentant St Médard remettant le voile à Ste Radégonde. Il fut acquis en 1903 par l&#8217;abbé Barbeau. Celui de droite représentant Jeanne d’Arc, et les noms des soldats décédés pendant la guerre de 1914-1918 a été installé le 12 avril 1922.</p> <p>Au-dessus de l&#8217;autel, le fond est occupé par trois <strong>verrières </strong> en grisaille. Au centre de celles-ci, on peut voir un médaillon à l&#8217;effigie de St Médard. Une grande croix de bois fut fixée sur des supports en bois. (La Ste Vierge, St Médard, Ste Thérèse et St Antoine).</p> <p>Les <strong>fonts baptismaux</strong> placés à gauche en entrant dans l&#8217;église sont en marbre gris et noir veiné de blanc, le couvercle est en bois teint.</p> <p>Les <strong>bancs </strong> en sapin rouge, vétustes, ont été détruits et remplacés par des chaises empaillées.</p> <p>Cette petite église à l&#8217;<strong>acoustique exceptionnelle </strong> mérite que l&#8217;on en prenne soin, et que l&#8217;on s&#8217;y arrête pour un instant de prière et de méditation.</p> <p align=right><small>Michèle Bély (12 avril 2012) </small></p> <hr class="spip" /> <p>


Navigation

Annonces

Brèves

7 janvier 2012 - 

Rejoignez-nous sur Facebook